Wir verwenden Cookies, um ein zuverlässiges und personalisiertes ArtQuid-Erlebnis zu ermöglichen. Wenn du ArtQuid verwendest, akzeptierst du unsere Verwendung von Cookies.

Log-in

  Passwort vergessen?

Neu bei ArtQuid?

Benutzerkonto eröffnen
Registrieren Verkaufen Sie Ihre Werke
  1. Kunstdrucke
  2. Malereien
  3. Zeichnungen
  4. Kunstphotographien
  5. Digitale Kunst
  6. Themen
  7. Unsere Favoriten ♡
  8. Mehr
Ella. Grandpré Giovanni Trevisanutto
   
Couverture de bd de ella &janis borderline

Quelques lignes de l'histoire
Polar : ella & janis borderline
Paris Fin juillet 1969
1Er Episode
Ella vient d’apprendre par courrier qu’elle a réussi son diplôme de metteur en scène-dramaturgie. Elle est folle de joie. Elle n’en croit pas ses yeux, elle saute comme une gazelle dans le petit meublé qu’elle a en colocation avec son amie Janis prés de la gare du nord.
-Janis je l’ai eu ! Je l’ai eu ! Regarde avec mention en plus.
-Ella, tu es la meilleure ma cherie, tu vas pouvoir faire de belles choses pour le théâtre et le cinéma, Je suis fière et heureuse pour toi. Elle lui saute au cou et la serre très fort contre elle.
- Allez ! On arrose ça.
Elle sort du frigo deux bières et trinque à la bonne nouvelle.
-Chin, chin ma chérie, tu le mérites, tu as bossé comme une folle cette année. A nous la belle vie ! On part de Paris et on va prendre du bon temps dans le sud.
Elles décident de partir en vacances … . À Saint Tropez. Prépare chacune leur sac à dos.
Le 29 juillet 9heures
-Janis, on prend le strict nécessaire, n’oublie pas ton maillot de bain.
-Pourquoi ? Tu sais là bas on peut se baigner toute nue.
-Oui je sais, toi tu as un corps superbe, par contre moi avec mon gros popotin.
-Tu plaisantes ! Tu es très belle ma chérie, quand est-ce que tu vas oublier tes complexes. (C’est vrai qu’elle a un peu les fesses proéminentes, mais c’est tout son charme avec ses cheveux blonds très clairs qui les recouvrent presque). Janis n’arrête pas de lui faire des compliments, elle qui est avantagée par la nature avec un corps de mannequin, la figure avec pleins de taches de rousseur, les cheveux roux coupés à la garçonne (Coupe crazy horse) une frange sur le devant au niveau de ses sourcils, elle pourrait postuler chez les grands créateurs de mode, mais son rêve c’est d’être actrice de cinéma, déjà toute petite, elle a fait des figurations dans des films à succès. Elle a prit des cours chez un prestigieux professeur mais pour l’instant elle galère, elle a fait quelques photos de nue et prêter sa frimousse et son corps pour des pubs de parfums et de mode, rien de sensationnelle, juste de quoi remplir le frigidaire et payer sa part de loyer. Elle attend le jour ou elle fera le bon casting et pourra montrer son talent dans un film à succès.
7 Heures
Elles sont à la sortie de Paris, direction Lyon le pouce levé, en train de faire du stop. Cela fait un quart d’heure qu’elles poirotent, enfin un camion de marchandises, qui vient de s’approvisionner à Rungis, s’arrête sur le coté de la route, le chauffeur descend sa vitre, met son bras poilu accoudé à la portière, et dit :
-Bonjour Mesdemoiselles, vous allez où ?
-Sur la côte !
- Montez, je vous emmène jusqu’a Auxerre cela vous va ?
-D’accord monsieur vous êtes gentil. Elles montent sur la banquette à coté du chauffeur et s’installent, posent les sacs à leurs pieds.
-Alors vous allez vous réchauffer au soleil. Il est vrai qu’à Paris, le ciel est gris très souvent même en été.
- Comme ça, vous allez vous faire bronzer, vous avez de la chance, j’irai bien avec vous.
Gégé dit »Bouboule » C’est un gros balaise en maillot de corps blanc (un Marcel) avec des poils de partout, le béret sur la tète son mégot éteint à la bouche, l’œil malicieux, un petit foulard à damiers rouges et blancs autour du cou, la quarantaine mal rasé. Le parfait gentlemen quoi ! Vous voyez ce que je veux dire. Dans sa cabine il a affiché des photos de femmes à poil. Les filles sont un peu sur leur garde, pensant avoir à faire à un obsédé en la matière.
-Les études sont finies ?
- Oui à nous le soleil et les vacances !
Paris
Ce même jour Giovanni Trévise détective privé vient de terminer une de ses missions. Il entre dans le bureau de Sandy.
-Alors Sandy toujours fidèle au poste. Elle est en train de taper à la machine à écrire, elle porte un corsage blanc très décolleté et une mini jupe bleue ciel à ras la T… . ?
-Salut Giove, toujours ! Ils se font la bise.
Il prend le journal du jour sur le bureau, le feuillette à la page des faits divers. Il voit la photo des malfrats nommer Fifi et Alex qu’il avait arrêté avec l’inspecteur Robert Stern, il y a 12 ans déjà.
-Mais je les connais ceux-là se dit-il ? C’est la fameuse affaire de la Duchesse Desormière quand Alex et Félix dit (Fifi) se sont fait passer pour les inspecteurs Larry Martin et Robert Stern pour dérober son magot, tu te souviens Sandy ? On revenait tout juste de Genève, même que tu avais simulé d’être enceinte à la frontière Suisse pour passer le flouze de la Duchesse.
-Ah oui ! J’avais tellement la trouille devant le douanier, que j’ai mouillé mes culottes (en perdant mes eaux), et ils se mettent à rire.
Il lit : Le gangster Félix Plumot va sortir prochainement de prison, il aura purgé sa peine : Soit 12 ans derrière les barreaux. Son complice Alex brun par l’intermédiaire de son Avocat Maitre Franck Polard a demandé une remise de peine, malgré sa bonne conduite, celle-ci lui a été refusée par le juge des liberté.
-Alors Giove ! Il y a de bonne nouvelles ?
Non rien d’intéressant, la routine. Il y en a un des deux qui sort bientôt. Le plus dangereux reste en taule, il va croupir en prison. Si j’avais fait parti des jurés, j’aurais voté la peine de mort c’est tout ce qu’il mérite. (Alex sait qu’il ne sortira peut- être jamais de ce trou à rat, mais n’empêche qu’il a toujours une dent contre le détective Giovanni Trevise. Son copain de cellule va sortir bientôt. Il le met au parfum de sa rancœur.
-Julio, je sais que tu sors bientôt, j’ai un truc à te proposer.
-Quoi Alex ? Dit-il avec son accent ibérique.
- Un contrat, cela t’intéresse.
-Faut voir, si on peut se mettre d’accord.
-J’ai un paquet de fric qui va rentrer bientôt. (Il pense au tuyau qu’il a vendu à Fifi pour pouvoir dévalisé le coffre du casino de Deauville).
-Tu auras 10 millions cache, je te dirai comment les récupérer.
-Ok ça marche la moitié avant le contrat le reste une fois le boulot terminé. Tape là. Ils sellent le pacte en se tapant dans les mains.
Alex lui explique le deal. -Tu me flingues un dénommé Giovanni Trevise, c’est un détective qui bosse place Vendôme, (il l’a su par son pote Gégé, voir Les diams d’Anvers Tome iii) voila sa photo et l’adresse exact, tu la mémorises, l’apprends par cœur et détruit le tout, pour le reste je te fais confiance tu as toutes les cartes maintenant à toi de jouer. Julio, c’est un pro de la gâchette il a une sacrée expérience en la matière. Il a prit 10 ans sur le dernier contrat qu’il a effectué. A cause d’une balance de la gente féminine, car les femmes c’est son point faible, il ne s’est pas assez méfié).
Place Vendome
-Le patron t’attend !
-Ok ! J’y vais : je serre la main de Mick. -Giovanni, assieds- toi j’ai une nouvelle mission à te confier, dit-t-il en frissonnant les mains dans les poches. Depuis quelques jours le thermomètre a baissé, c’est tout juste si on ne rallume pas le chauffage.
-Ha c’est quoi ?
-Voila, tu vas aller te faire bronzer sur la côte.
-Ouais super !
-Je plaisante ! Un client Monsieur Hervé Richard veut acheter un bien prés de Saint Tropez, à Gassin exactement, mais voilà; le grand hic c’est que les trois précédents propriétaires sont morts sans que l’on ait pu élucider exactement leurs décès. Certains disent dans le village que la propriété est hantée, il voudrait qu’on le rassure. Tu crois aux fantômes toi ?
-Jusqu'à aujourd’hui non, mais il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.
-Bon, tu vas te rendre sur place, et fouiner un peu partout, et tu me feras ton rapport.
-Et pourquoi, il veut absolument cette maison ?
-Parce qu’avec sa femme, ils ont eu un coup de cœur.
-Ha la, cela ne se discute pas.
-Tiens, le dossier, tu le potasses bien et » via le sud ».
-Très bien Mick, je pars demain de bonne heure, prenez soin de vous, vous grelottez comme un moineau.
-Viens on boit un whisky, cela va me réchauffer. Allez trinquons et bonne mission.
Après avoir bu et fumé un bon cigare avec son cher patron, il le salut.
-Si tu vois un fantôme, tu le prends en photo et tu m’appelles. Je veux voir ça.
-Je n’y manquerai pas. Je repasse par le bureau de Sandy et m’assois : ça fait longtemps que l’on n’a pas fait la fête tous les deux.
-Et oui ! Mais tu es toujours en vadrouille… .
Je te promets quand je reviens de la côte, je t’emmène dans un endroit que tu n’oublieras pas de si tôt.
-Tu es un beau parleur Giove, on verra ! Elle s’assoit sur ses genoux, Il la serre fort contre lui et l’embrasse sur la bouche en mettant sa main dans son entre cuisses. Sandy esquive ses lèvres. Arrêtes, Mick peut entrer. Elle se lève d’un bon, Il part en la fusillant des yeux et lui fait un clin d’œil. Sandy lui sourit.
Auxerre
-Voilà mes petites demoiselles, nous arrivons. Il se gare sur le coté. Janis ouvre la porte et elles descendent. -Merci Monsieur, on vous enverra une carte postale au relais des routiers.
-J’y compte bien. Si vous en trouvez une avec de belles femmes bronzées je veux bien. (C’est un obsédé ce mec ! ! ! )
Janis dit : t’as vu ce gros lard, il m’a fait peur avec toutes ces photos.
Ella la rassure :-tu sais les mecs c’est tous les mêmes, ils se croient virils et fantasment beaucoup sur la gente féminine mais ils ne sont pas méchants, par contre ceux qui ne montrent rien et qui ont les yeux dans le vide, cela il faut s’en méfier, crois moi.
Elles entrent dans un bar, boivent une bière, saluent les deux trois clients accoudés au bar, en train de siroter un Ricard, se gavant de cacahuètes et jouant au 421. Finissent leur bière et prennent leurs sacs, sortent du bar, sous les sifflets des pochetrons, elles ne se retournent même pas marchent jusqu'à la sortie de la ville et se remettent à faire du stop.
-Janis dit : c’est des vrais péquenots à Auxerre.
-C’est parce qu’on a un beau cul, qu’est-ce que tu crois.
-Ouais je sais ! Ça les excitent, mais ils peuvent toujours rêver, cela ne coute rien.
-Avec de la chance, on
Ella
Zeitgenössische Kunst,  Zeichnungen,  Zeichnungen
Autor: Grandpré
Themen: Buch, Comic  /  
 
gepostet: 11 Dezember, 2019 / bearbeitet: 11 Dezember, 2019
Copyright Giovanni Trevisanutto

 
Ella
Preis nicht öffentlich
8
Giovanni Trevisanutto
Giovanni Trevisanutto
Bildhauer 
Le Lavandou, Frankreich
Weitere verwandte Arbeiten
Einen ähnlichen Arbeit zeigen

Eine Sprache wählen

  1. Deutsch
  2. English
  3. Español
  4. Français